Réponse de BMA

ku.gro.amb @rehtaehsjLe sort des demandeurs d’asile déboutés au Royaume-Uni est un sujet de grave préoccupation humanitaire. Le service de déontologie médicale de la BMA reçoit régulièrement des demandes de renseignements sur les droits des personnes extrêmement malades à des services de santé vitaux où le droit légal est mis en doute. Nous n’avons pas répondu immédiatement aux commentaires réfléchis de Hall (lettre précédente), mais ce n’est pas la même chose que le silence. Le BMA est une organisation d’adhésion, et sa politique globale est décidée lors de sa réunion annuelle des représentants (ARM). Cette année, par exemple, nous comprenons qu’une motion a été présentée à l’ARM demandant à la BMA de faire pression sur le gouvernement pour assurer la prestation de services de santé appropriés aux demandeurs d’asile déboutés. Si la motion est adoptée, nous avons le mandat de faire du lobbying directement. En l’absence d’un tel mandat, notre travail consiste à interpréter autant que possible la politique existante et à l’appliquer à des circonstances émergentes. Hall a raison, la BMA a fait ses preuves en matière de promotion des droits humains en santé, et c’est de ce contexte que nous avons façonné notre politique. Le département d’éthique médicale a, par exemple, publié des directives sur les droits d’accès aux soins de santé.1 En grande partie grâce à la vigilance de Hall, nous avons précisé que les médecins généralistes ont le pouvoir discrétionnaire d’enregistrer les demandeurs d’asile déboutés. Dans les soins secondaires, les demandeurs d’asile déboutés, qui ne sont pas résidents habituels et qui ne sont pas obligés de le faire. au Royaume-Uni, ont droit à la gratuité des soins seulement quand il est “ immédiatement nécessaire. ” Malgré ces restrictions légales, la BMA a rencontré des représentants du ministère de la Santé et du Home Office et a établi que ce qui constitue “ est immédiatement nécessaire ” est une question de jugement médical et, par conséquent, discrétion médicale. Le gouvernement s’est également engagé à créer un groupe de travail, avec représentation BMA, pour examiner les questions plus larges de l’accès aux soins de santé chez les migrants sans droit, mais malgré nos efforts, le groupe n’a pas encore convoqué. NHS &#x02014, et maintient ses réformes de la dernière décennie