Répondre

Sir-Nous lisons avec intérêt la lettre de Kami et al sur leurs découvertes concernant l’aspergillose gastro-intestinale invasive diagnostiquée après la mort chez les patients atteints de malignité hématologique. Leurs commentaires permettent de clarifier certaines différences entre l’aspergillose orale et l’aspergillose gastro-intestinale chez les patients immunodéprimés. les résultats ont montré que la stomatite invasive Aspergillus a commencé comme une décoloration violente de la muqueuse qui a rapidement évolué vers un ulcère nécrotique causant la destruction des os et des muscles , mais elle ne s’est jamais développée dans l’abcès gastro-intestinal décrit par Kami et al. aucune réaction inflammatoire des cellules identifiée dans l’aspergillose orale invasive en raison de la neutropénie sévère qui s’est produite pendant la biopsie des patients Il est apparu que les neutrophiles avaient récupéré dans une certaine mesure chez leurs patients quand un abcès gastro-intestinal invasif s’est développé. Dans notre rapport, les patients atteints d’aspergillose gastro-intestinale présentaient une aspergillose pulmonaire concomitante, ce qui indique la possibilité d’une infection gastro-intestinale secondaire à Aspergillus D’autres rapports sur l’aspergillose gastro-intestinale ont également indiqué que la plupart des infections gastro-intestinales La maladie gastro-intestinale isolée était rare, ce qui suggère qu’Aspergillus pourrait se propager du poumon vers le tractus gastro-intestinal par une propagation hématogène Cependant, nous sommes d’accord avec Kami et al que l’aspergillose invasive orale et gastro-intestinale est difficile pour diagnostiquer parce que la mucosite secondaire à la chimiothérapie cytotoxique peut empêcher la reconnaissance rapide de l’infection Aspergillus du tube digestif chez les patients atteints de malignité hématologique Les cliniciens traitant ces patients doivent être conscients des facettes de l’aspergillose invasive comme l’un des les complications buccales et gastro-intestinales lors d’une chimiothérapie cytotoxique