Moyna Gladys Clark

Moyna Gladys Clark est née la deuxième de trois enfants à Thomas Cammish, un constructeur à Cottingham, East Yorkshire. Elle a obtenu son diplôme en médecine en 1967 à Leeds, où elle a rencontré son futur mari, Keith.

Après une formation à l’hôpital de Stoke Mandeville, à Aylesbury, Moyna a commencé sa pratique générale à Dunstable, a épousé Keith et a eu deux enfants. À mesure que la famille déménageait dans le pays, elle travaillait dans d’autres cabinets généraux et services de santé communautaires. Elle a complété des diplômes en planification familiale, en pédiatrie développementale, en audiométrie et en santé environnementale hépatite b.

Finalement, en 1982, la famille s’installe juste à l’extérieur de Carlisle et Moyna a travaillé comme médecin scolaire pour un certain nombre d’écoles ordinaires dans les zones défavorisées et plusieurs écoles pour les enfants ayant des besoins spéciaux et des déficiences auditives. En 1989, à la recherche de nouveaux défis, elle a travaillé comme assistante de recherche clinique en médecine cardiovasculaire et rénale tout en continuant son travail de médecin clinicienne à temps partiel.

En 1988, elle a commencé dans le domaine difficile de l’abus sexuel des enfants et des adultes, travaillant comme médecin légiste fournissant un service nécessaire et empathique pour les femmes et les enfants locaux. Son examen du service a débouché sur la fourniture d’une salle d’examen sûre et confortable avec un colposcope situé à l’écart du poste de police local. Elle n’a jamais apprécié les comparutions devant le tribunal mais est devenue un témoin médical compétent et fiable. Après avoir critiqué la fourniture locale de services de protection de l’enfance en 1998, Moyna a été nommée médecin désigné pour la protection de l’enfance dans le nord de Cumbria. Elle a travaillé sans relâche pour élaborer des protocoles locaux et organiser la formation de tout le personnel médical, infirmier et policier de tout le nord du comté et rétablir la confiance dans le service.

Lorsqu’elle a pris sa retraite en 2003, la gendarmerie de Cumbrie lui a remis un certificat d’appréciation en reconnaissance de son engagement, de son dévouement et de son enthousiasme. ” Moyna a continué à offrir une formation locale sur la protection de l’enfance après sa retraite et a également travaillé et donné des conférences pour la NSPCC (Société nationale pour la prévention de la cruauté envers les enfants). Même pendant sa dernière maladie, elle tenait à participer à la nouvelle formation nationale sur la protection de l’enfance.

En dehors de la médecine, elle a été membre actif de Soroptomist International, devenant éventuellement présidente du club local, présidente du programme d’action pour le nord-est de l’Angleterre et conseillère santé de la fédération. Elle a soutenu des projets visant à fournir du matériel de cardiologie local, à créer l’Eden Valley Hospice, à créer Talking Newspapers for the Blind, à expédier un chargement de vieux équipements hospitaliers à Freetown, en Sierra Leone, et à soutenir un programme international de vaccination.

Elle a eu un large éventail d’autres activités et a aimé le jardinage, la peinture et les compétitions de dériveur. Plus tard dans la vie elle et son mari Keith ont acheté un petit yacht et ont croisé la côte ouest de l’Ecosse et ont vraiment apprécié “ dépensant l’héritage de famille ” sur l’augmentation des voyages exotiques et fascinants dans le monde entier.

En décembre 2004, elle est devenue très malade pendant quelques jours et a subi une chirurgie d’urgence pour un glioblastome temporo-pariétal au Newcastle General Hospital. Après s’être rétablie de sa chirurgie, elle a suivi une chimiothérapie et une radiothérapie et s’est rétablie suffisamment pour faire le haut de Catbells dans le Lake Distict et défier les risques de l’assurance vacances en se rendant à Borneo pour voir des orangs-outans. Elle a continué à apprécier sa voiture de sport MG même en tant que passager avec son chapeau chaud fermement en place.

Malheureusement, la tumeur est réapparue en 2006, et elle a reçu un excellent traitement dans les derniers jours à l’Eden Valley Hospice qu’elle avait aidé à financer plus tôt dans sa vie.

Moyna a prouvé qu’un équilibre travail-famille-vie est non seulement réalisable, mais il peut aussi être vraiment réussi et inspirant.