Lupus érythémateux systémique

ScénarioUne femme de 30 ans est référée à la clinique de médecine obstétrique . Elle est enceinte de huit semaines selon le moment de ses dernières règles. Elle souffre de lupus érythémateux disséminé (LED), diagnostiqué en 1998. La maladie a principalement affecté ses articulations, mais elle présentait une poussée de néphrite en 2000. Elle n’a jamais eu de thromboembolie veineuse ou artérielle. Son dernier épisode de lupus s’était produit il y a trois ans lors de sa dernière grossesse, et elle était confinée à ses articulations; sa petite fille alors (maintenant âgée de 3 ans) a été accouchée normalement après l’induction du travail à 36 semaines de gestation. Elle avait un diabète gestationnel à 24 semaines de sa dernière grossesse, mais un test de tolérance au glucose oral six semaines après la naissance était normal, confirmant le vrai diabète gestationnel. Ses médicaments actuels comprennent l’azathioprine 125 mg une fois par jour, la prednisolone 4 mg une fois par jour, l’hydroxychloroquine 200 mg deux fois par jour. , et 75 mg d’aspirine une fois par jour. Elle se sent bien, sans douleurs articulaires. Sa tension artérielle était de 115/65 mm Hg, l’analyse d’urine était négative pour le sang et les protéines, et un test de tolérance au glucose par voie orale était normal. Sa dernière sérologie montre qu’elle est positive pour les anticorps antinucléaires, négative pour l’ADN double brin (bien que cela ait été positif dans le passé), positive pour l’anticorps anti-cardiolipine IgG, positive pour l’anticorps anti-Ro, et ses niveaux 3 et 4 sont en la gamme normale. La fonction rénale est normale (concentration sérique de créatinine 67 µ mol / l).