Les pays européens élaborent une stratégie de lutte contre l’obésité

Les gouvernements européens ont identifié l’obésité comme l’un des défis de santé publique les plus sérieux d’aujourd’hui. La nécessité de lutter contre l’épidémie a été reconnue par les 48 membres de la région européenne de l’Organisation mondiale de la santé.

Lors d’une conférence ministérielle de l’OMS à Istanbul la semaine dernière, ils ont tous signé une charte spéciale reconnaissant l’ampleur du problème et présentant une stratégie pour y faire face.

La prévalence de l’obésité en Europe a triplé au cours des deux dernières décennies. La moitié des adultes et un enfant sur cinq dans la région européenne de l’OMS sont en surpoids. Parmi ceux-ci, un tiers sont obèses.

L’obésité est un contributeur majeur aux maladies non transmissibles, affecte la qualité de vie des personnes, réduit l’espérance de vie et représente 6% des coûts de santé des pays. On estime que l’excès de poids est responsable de plus d’un million de décès par an dans la région et qu’en 2010, un enfant sur dix sera obèse.

Marc Danzon, le directeur régional de l’OMS pour l’Europe, a déclaré: “ Cette charte engage les Etats membres à mettre l’obésité en haut de leurs agendas politiques et appelle tous les partenaires et parties prenantes à faire de même. C’est un guide, une opportunité, et nous donne les outils pour agir efficacement. ”

La charte de cinq pages vise à faire des progrès visibles vers la réduction de la prévalence de l’obésité chez les enfants et les adolescents au cours des quatre à cinq prochaines années et inverser la tendance d’ici 2015 au plus tard. Il souligne que la réalisation de cet objectif nécessitera l’apport des gouvernements, des organisations internationales, des fabricants de produits alimentaires et de boissons, des réseaux professionnels, des médias et des particuliers eux-mêmes.

La confirmation que le défi exige une réponse à large spectre pourrait se voir en présence non seulement des ministres de la Santé et des fonctionnaires mais également des représentants d’autres ministères, de l’agriculture, des finances et du commerce au sport et à l’éducation.

Les mesures pour s’attaquer au problème comprennent des campagnes de sensibilisation du public, des contrôles réglementaires sur certains types de publicité et des politiques urbaines et de transport plus réfléchies qui encouragent les gens à marcher et faire du vélo.

La conférence a souligné la nécessité d’un partenariat étroit avec l’industrie. Il a eu lieu juste une semaine après que la Commission européenne ait publiquement félicité les principaux fabricants d’aliments et de boissons tels que Coca-Cola, McDonald et Kraft Foods pour avoir introduit des mesures contre l’obésité (BMJ 2006; 333: 1036, 18 novembre).

L’Allemagne, qui assume la présidence tournante de six mois de l’Union européenne en janvier, a placé cette question à l’ordre du jour. Marion Caspers-Merk, secrétaire d’Etat à la Santé du pays, a déclaré après la réunion: « L’idée est de sortir de la charte, qui a des objectifs communs où tout le monde peut être d’accord, des actions plus concrètes et influencer le processus dans l’Union européenne. ”

Un plan d’action européen spécifique couvrant la nutrition et l’activité physique traduira désormais les principes de la charte dans la pratique et établira des mécanismes de suivi.

(Voir éditorial, doi: 10.1136 / bmj.39038.449769.BE)