Le camp de Clinton a changé d’avis sur la taxe sur les boissons gazeuses après avoir fait l’objet d’un lobbying par Coca-Cola

Vous devez le donner aux Clinton, parce que quand il s’agit de former la base de leurs positions politiques, ils sont extrêmement cohérents: Celui qui leur paye le plus d’argent obtiendra ce qu’ils veulent.

Au printemps, la candidate démocrate à la présidentielle Hillary Clinton a approuvé la proposition de taxe sur les boissons gazeuses du maire de Philadelphie, Jim Kenney, lors d’une table ronde sur la violence armée, mais son soutien a provoqué des ondes dans la salle de conseil du géant soda Coca-Cola. L’un des dirigeants de l’entreprise, Clyde Tuggle, a envoyé par e-mail une paire d’associations Clinton – Capricia Marshall et Sara Latham – un article du Daily Caller contenant les remarques de Clinton avec cette note ajoutée: « Vraiment ??? Après tout, nous avons fait. J’espère que cela a été faussement rapporté. « 

Son courriel a été révélé avec des dizaines d’autres qui ont été publiés par le site hacktivist DC Leaks. Le courrier électronique aurait été retiré du compte de Marshall au début du mois, a rapporté Politico.

Les réponses par courriel qui ont suivi entre les responsables du géant de la soude et les initiés de la campagne de Clinton révèlent les liens (financiers) profonds entre Coca-Cola et le candidat démocrate. Plus précisément, le fabricant de soda a commencé à s’appuyer sur le candidat dans le but de lui faire reprendre son soutien apparent pour la taxe sur la soude – qui, bien sûr, ne serait pas dans les meilleurs intérêts économiques de tout fabricant de soda.

Au moment où ils ont reçu leurs courriels de Tuggle, Marshall et Latham étaient des consultants de Coca-Cola et n’avaient pas d’implication formelle dans la campagne d’Hillary. Mais après avoir reçu l’email tard dans la soirée, les alliés de longue date de Clinton et leurs amis ont agi. Le matin suivant, selon les échanges d’email qui ont été libérés, Marshall a contacté Latham, écrivant, « Est-ce que vous regardez dans ceci et je devrais m’asseoir serré? » Latham a répondu: « Yep. Je vais regarder dans ce [ce matin], alors ne demandez pas HRC – encore … 😉 Xoxox. « 

A midi ce jour-là, Katherine Rumbaugh, vice-présidente des relations gouvernementales de Coca-Cola North America, avait entre les mains une confirmation de Jake Sullivan, conseiller principal en politique chez Clinton, que son patron n’était en fait pas à la mode. Payer pour le jeu, vous voyez.

Comme l’a noté le Daily Caller, Coca-Cola a donné entre 5 et 10 millions de dollars à la Fondation Clinton. Et Wendy Clark. Un ancien cadre de Coca-Cola, a pris congé de la société l’année dernière afin d’aider les efforts marketing et sociaux de la campagne de Clinton.

En outre, le PDG de la société, Muhtar Kent, est un donateur de la campagne Clinton.

Marshall a travaillé à Clinton depuis 1992, date à laquelle Bill Clinton, le mari d’Hillary, s’est porté candidat à la présidence et a gagné. Elle a également travaillé au département d’État de Clinton.

Des courriels déjà divulgués ont révélé que Hillary Clinton n’est rien de plus qu’un caméléon politique, prenant des positions différentes sur des questions basées sur qui la paie.