La nature de la panique: une promenade dans la peur en images et en mots

feu. Il y a un feu et une femme est là. Se préparer à sortir. Rencontrer un autre homme. Puis un photographe saute d’une falaise. Est-ce qu’il a perdu la tête? Tu décides. L’homme est Patrick Olszowski et je regarde deux de ses images améliorées numériquement dans cette exposition inhabituelle.Olszowski a eu des attaques de panique depuis son adolescence. Les événements de tous les jours déclenchent des changements terrifiants dans son monde intérieur, mais Olszowski prétend également qu’il n’a pas été détruit par une force de coup de vent de sept dans le golfe de Gascogne. Il est aussi un photographe qui utilise son art pour créer des images de ce qu’il ressent. “ Les gens ne me voient pas avoir une attaque de panique, ” explique Olszowski. “ Je pourrais dire des choses banales au sujet des arcs-en-ciel et des roses, à propos de la panique étant mon propre pire ennemi alors qu’il ouvre aussi mes yeux. ” Il a passé une année à photographier la panique.Olszowski a co-présenté l’exposition avec Sophie Petit-Zeman, une rédactrice médicale qui a travaillé sur la campagne anti-stigmatisation du ministère de la Santé pour la santé mentale. Petit-Zeman accompagne les images d’Olszowski avec des explications physiologiques lucides. Le texte est concis, et libre de jargon et de gaufre. Pour décrire cela comme une collection de grandes photos numériques à côté du texte est de minimiser son impact et son importance. La paire décrit leur exposition sous le nom de &#x0201c, une promenade dans la peur en images et en mots. ” Figure 1Patrick: “ Just Patrick, pas plus, pas moins, pas d’étiquette ”