Ann Lindsay Stewart

Ancien consultant en médecine périnatale, University College Hospital, Londres (b, Cornwall, 1930, q, Bristol, 1955, FRCP, FRCPCH, DCH), mort de la maladie de Pick le 9 mai 2004. &#x200B, 2004.Figure 1Ann formé en pédiatrie à Bristol et Edimbourg avant de rejoindre l’équipe de recherche néonatale de l’University College Hospital de Londres en 1968, elle s’est surtout intéressée au suivi des nourrissons prématurés et à haut risque en étudiant une large cohorte dans la vie des adolescents et des adultes, en utilisant des techniques modernes de scanographie et de psychométrie. récemment avec l’Institut de psychiatrie. Dans cette étude pionnière, il est devenu clair que les résultats à long terme des nourrissons à haut risque pouvaient être prédits de façon fiable à partir d’observations précoces et que les progrès dans les soins pourraient grandement améliorer la survie sans incapacité significative. Elle laisse un mari, Duncan Hutchison; deux enfants; La nomination de Tony Clement au poste de ministre de la Santé par Stephen Harper, le nouveau premier ministre du Canada, a alarmé certains partisans du système national de soins de santé financé par l’État. Ils considèrent que M. Clement, qui était auparavant ministre de la Santé de l’Ontario, préférait un système à deux paliers (public-privé). “ C’est plutôt choquant, ” a déclaré Mike McBane, directeur exécutif de la Coalition canadienne de la santé, un groupe de défense de la santé publique. “ Il envoie un signal très clair que le premier ministre nommerait quelqu’un qui est idéologiquement engagé à privatiser la prestation du système public de santé, quelqu’un qui a activement démantelé le système de santé de l’Ontario, congédié les infirmières et fermé les hôpitaux . ” Les commentaires de M. McBane ont été publiés dans un article d’un journaliste pigiste d’Ottawa, Wayne Kondro, qui paraîtra dans le journal de l’Association médicale canadienne le 28 février, mais qui sera disponible en ligne le 7 février (www.cmaj .ca / news / 07_02_06.shtml). M. Harper avait déclaré pendant la campagne électorale qu’il n’y aurait pas de système privé parallèle.” Son parti, les conservateurs, avait aussi promis de travailler avec les provinces pour permettre une combinaison de soins de santé publics et privés, tant que les soins de santé demeurent financés par l’État et universellement accessibles. ” , M. McBane s’est référé à ces promesses. Il a dit, “ Toutes les sociétés privées veulent que les contribuables paient la facture. Donc, le financement public n’est pas le problème. La question est de savoir si nous voulons une livraison privée, à but lucratif et appartenant à l’investisseur. Stephen Harper a déclaré publiquement qu’il ne se soucie pas de la livraison tant que vous n’avez pas à payer pour cela. . Notre point est … il existe toute une série d’indicateurs de performance inférieurs [parmi les hôpitaux privés], de sorte que toute personne fondée sur des preuves se soucie beaucoup du mode de prestation. ” M. McBane a ajouté que M. Clement encourageait la privatisation du système de soins de santé et il ne voyait aucune raison de penser qu’il changerait maintenant, surtout sous la direction de M. Harper. &#x0201d L’article du JAMC cite également Natalie Mehra, directrice de la Ontario Health Coalition, un réseau d’organisations préconisant un palier unique. système de santé publique et qui a récemment publié un avis juridique disant que les cliniques mixtes public-privé contreviennent aux lois nationales et provinciales. Elle a déclaré que les Canadiens devraient être profondément préoccupés par la nomination de M. Clement, étant donné son appui à la privatisation et à la déréglementation des établissements de soins de longue durée et à la création d’hôpitaux à but lucratif à Brampton et à Ottawa. Elle a également approuvé une clinique privée de traitement du cancer à Toronto.M. Clement a été louangé pour son rôle dans la gestion de la crise du gouvernement de l’Ontario face à l’éclosion du syndrome respiratoire aigu sévère, au cours de laquelle il a appelé le système de santé publique “ s’effondrer. ” Mais même ici, les critiques soutiennent que la détérioration du système était auto-infligée, parce qu’elle avait été gâchée par des mesures du gouvernement conservateur qui comprenaient la mise à pied de milliers d’infirmières, ainsi que des scientifiques dans les laboratoires provinciaux de santé. , ” écrit M. Kondro. Toutefois, le président de l’Association médicale canadienne, Ruth Collins-Nakai, a déclaré que M. Clement apporte une richesse d’expérience à son nouveau poste. M. Clement servira dans le premier gouvernement fédéral conservateur à avoir été élu depuis 1988.